Club 130 Paris Rivoli, l’histoire …

club_130_paris_rivoli

Avant de devenir un centre historique du swing et du jazz dans les années 50, le sous-sol du 130 rue de Rivoli était occupé par une mûrisserie de bananes, un refuge pendant la Seconde Guerre Mondiale puis par l’Académie des vins, rapidement transformée en cabaret éponyme. Les chansonniers français s’y croisent et aiguisent leurs premiers sketchs, reproduisant à quelques encablures des Tuileries l’ambiance germano-pratine. Jean Yanne y fera ses premières armes et contribuera à consacrer l’Académie comme une place forte des nuits parisiennes. En 1954, le 130 devient le Swing Time, dirigé par le chef d’orchestre Braslavsky, proche de Sydney Bechet. Jusqu’au milieu des années 60, le club connaît un succès constant et se pose comme une alternative de qualité aux caves de Saint-Germain.

Pour autant, il continuera à fédérer les plus grands musiciens autour de sa prédominance pour le style traditionnel de la Nouvelle-Orléans. Il s’établira ensuite comme un des lieux phare de la nuit parisienne sous le nom de Slow Club et Marquis. Aujourd’hui rebaptisé le 130 Club, l’équipe qui a rattrapé les clés de cette jolie cave voûtée avec à sa tête Benjamin a bien sûr gardé les pierres apparentes, les néons et le bon sound-system avec pour chef d’orchestre Simplice Bogan. Mais, en grands habitués de la nuit et friands de concepts tendances et originaux, ils sont venus avec leur bar à shots sur le dos et une carte de cocktails élaborée par leur flair bartender et mixologiste de renom pour séduire une jolie clientèle venue autant de Saint-Germain-des-Prés que de l’Ouest parisien.

Related Posts

Actualités Lifestyle de avril 20, 2011 par Radio